L’épargne salariale, l’assurance collective et la prévoyance constituent des exemples phare des compétences que les banquiers d’aujourd’hui peuvent mettre à disposition des CSE.

 

Les élus du CSE doivent comprendre les tenants et aboutissants de l’épargne salariale : en effet, cette rémunération différée est aujourd’hui un enjeu majeur pour l’avenir des salariés. Ainsi, une information de qualité́ doit être à la disposition de chacun afin qu’il puisse en percevoir les avantages et sache ensuite gérer son portefeuille selon ses attentes.

Si dans les entreprises de plus de 50 salariés, la mise en place de la participation est obligatoire, les plus petites entreprises connaissent moins ce mécanisme. Selon la DARES, en 2017, près de 90% des TPE n’avaient pas intègré de mécanisme d’épargne salariale. Or, celle-ci s’avère très utile, autant pour l’entreprise que pour les salariés d’autant plus en période de crise. En effet, la participation, l’intéressement et l’abondement constituent des revenus décalés et permettent aux salariés de se constituer une épargne qui n’est pas fiscalisée (hors prélèvements sociaux sur les plus-values) dès qu’elle est placée au moins 5 années. Ces mécanismes permettent bien souvent de se constituer l’apport nécessaire à l’achat d’une résidence principale ou à la préparation de sa retraite par exemple.

Du côté de l’entreprise aussi, l’intérêt est là. L’intéressement, la participation et

L’abondement sont totalement exemptés de charges pour les entreprises de moins de 50 salariés (ainsi que l’intéressement pour les moins de 250 salariés). Pour mieux comprendre et utiliser son épargne salariale, les banques peuvent mettre à disposition différents outils. Au Crédit Mutuel, des outils de e-learning ont éété mis en place dans certaines régions avec l’appui de filiales spécialisées et des spécialistes internes sont à même de répondre aux questions des CSE à ce sujet, dans une approche de proximité́.

Pour le calcul aussi, ces spécialistes peuvent conseiller les élus, car si pour la participation, il existe une formule légale, pour l’intéressement, le calcul est à la main de l’entreprise.

Les CSE doivent apporter leur vision de l’entreprise et rédiger des propositions qui vont au-delà̀ de la simple évolution du chiffre d’affaires. En effet, « il est possible de définir d’autres critères comme la qua- lité logistique, le 0 défaut ou la réduction de l’empreinte carbone. Il est nécessaire que ces critères soient atteignables et qu’il y ait une action pour l’atteindre. C’est particulièrement efficace et motivant dans le contexte de sortie de crise que nous vivons », explique Rémi Boeglin, Directeur Général de Crédit Mutuel Épargne Salariale. Ainsi, le spécialiste dédié́ pourra accompagner l’entreprise, pour définir le ou les critères qui pourront être le tremplin de la progression de l’entreprise.

 

Un prêt In Fine jusqu’à 80% du montant du capital

Le Crédit Mutuel est l’un des seuls organismes bancaires à proposer aux salariés une avance sur l’épargne salariale. « Ainsi, le salarié qui a besoin d’argent et qui n’est pas éligible à l’un des nombreux motifs légaux de retrait anticipé souscrira un prêt in fine ; tout au long du prêt, il ne paiera que les intérêts et remboursera le capital quand l’épargne salariale sera disponible. Il s’agit d’un prêt homéopathique qui plait beaucoup à nos épargnants » précise Rémi Boeglin.

Les banques sont pour certaines d’entre elles aussi assureurs. Proches du monde économique, elles apportent leur soutien aux entreprises à travers la santé collective et la prévoyance. Généralement, le diagnostic dans ce domaine est gratuit. Au vu du contexte, du désengagement de la sécurité sociale, et de l’environnement juridique les élus de CSE doivent se faire accompagner afin d’influencer l’entreprise dans son choix de contrat de santé collective afin que les salariés bénéficient de la meilleure couverture possible, à un tarif accessible pour eux. Doit-il exister des différences entre cadres et non cadres ? L’assurance dit-elle prendre en charge le salarié seul ou inclure sa famille ? Et si oui, à quelles conditions ? Le Crédit Mutuel, notamment, est un assureur à part entière car les conseillers professionnels sont formés pour délivrer le bon conseil et dis- posent d’une carte d’assureur. Si le CSE n’a qu’un rôle consultatif, il sera néanmoins le relai privilégié d’information auprès des salariés, donc son avis est essentiel.

Et cerise sur le gâteau… Depuis 20 ans, le Crédit Mutuel propose dans la plupart des régions une carte bleue dédiée au paiement des frais de santé. Quelle que soit l’activité́ du professionnel de santé, le salarié n’est débité́ qu’après règlement de la sécurité́ sociale et du complément de la mutuelle. Un avantage exceptionnel très apprécié́ des salariées !

 

Plus d’infos

Article rédigé́ avec l’apport d’expertise du Crédit Mutuel. Crédit Mutuel Épargne salariale

www.creditmutuel- epargnesalariale.fr

Consultez la page dédiée Associations et CSE du site Crédit Mutuel

https://www.creditmutuel. com/fr/associations-et-comites- dentreprise.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *