Résumé des opinions des participants aux ateliers sur les principales questions abordées

* 74,5% des participants jugent juste d’instaurer le même niveau de cotisations et les mêmes droits à la retraite à revenus identiques * La proposition qui consiste à prendre en compte les particularités de certaines activités notamment en termes de taux de cotisations est controversée : 44,7% de vote « pour », 34,7 % de votes […]

74,5% des participants jugent juste d’instaurer le même niveau de cotisations et les mêmes droits à la retraite à revenus identiques

  • * La proposition qui consiste à prendre en compte les particularités de certaines activités notamment en termes de taux de cotisations est controversée : 44,7% de vote « pour », 34,7 % de votes « contre ».
  • * Si les participants sont majoritairement favorables à permettre la modulation du taux de cotisation des micro-entrepreneurs à leur demande, certains proposant même qu’elle soit étendue au-delà des micro-entrepreneurs, beaucoup ont considéré que cette proposition va à l’encontre de la notion d’universalité du système et celle de protection sociale obligatoire.
  • * Travailler à temps partiel et cotiser sur la base de son salaire à temps plein a été une proposition jugée utile et équitable, notamment dans le cadre d’un temps partiel subi.
  • * Mettre en place une contribution des plateformes numériques au financement de la couverture retraite est un principe jugé majoritairement indispensable compte tenu du poids croissant des plateformes dans l’économie, et compte tenu du fait qu’elles ne sont généralement pas considérées aujourd’hui comme des employeurs. Cette proposition rejoint celles visant à taxer les robots, ou des produits financiers afin d’élargir le financement des retraites. L’idée sous-jacente serait de ne plus financer les retraites par les cotisations mais par les richesses produites.
  • * La proposition de proposer un minimum vieillesse pour tous, à compléter pour ceux qui le veulent à été sujette à controverses.
  • * Les projets pour les jeunes, notamment à cause de leur entrée tardive sur le marché du travail lié aux études plus longues et à la multiplicité des stages n’ont pas non plus reçus de majorité claire. Néanmoins, les participants ont défendu majoritairement l’idée d’une acquisition de points retraite pour les stagiaires.
  • * L’idée du maintien des dispositifs de retraites “plancher” devant rester supérieurs au minimum vieillesse a emporté l’adhésion des participants à 92%.
  • * Sur la garantie d’une retraite strictement proportionnelle aux cotisations versées tout au long de la carrière : les deux-tiers des participants sont favorables à ce principe.
  • * La majorité des participants s’oppose à l’octroi de droits à retraite pour les périodes de chômage non-indemnisé.
  • * Les participants se sont accordés majoritairement sur l’octroi de droits à la retraite pendant les congés maladie.
  • 85% des participants sont favorables à une prise en compte totale des congés maternité et paternité dans l’acquisition des droits à la retraite.
  • * Si le constat d’un système obsolète est partagé, notamment au vu des nouvelles formes de conjugalité et du taux d’emploi des femmes, le devenir des pensions de réversion interroge. La retraite étant le reflet de la vie professionnelle, celle-ci est dû à un travailleur et non à son conjoint. Pour ces personnes, percevoir une prestation financée par tous sur le seul critère de statut conjugal serait inéquitable et contraire au principe d’égalité et ils estiment que si le dispositif perdure, il faudrait alors le faire financer uniquement par les bénéficiaires, c’est-à-dire par les personnes mariées
  • * 79,3% des participants adhèrent au constat qu’il est difficile de trouver un système juste et efficace entre ceux qui souhaitent prendre plus tôt leur retraite et ceux qui n’ont pas d’autres choix que de continuer à travailler.
  • * Du côté des salariés séniors, plusieurs idées ont été abordées comme la mise en place d’une retraite progressive ; la transmission du savoir et de l’expérience ou encore, rendre plus attractif le dispositif de cumul emploi-retraite.
  • * Pour l’égalité homme – femme Les propositions allant dans ce sens font quasiment l’unanimité chez les participants qui estiment notamment que la retraite ne peut à elle seule lutter efficacement et durablement contre les inégalités femmes-hommes. Le premier objectif est de tendre vers l’égalité salariale.

Quelles que soient les décisions actées par la réforme, les participants se sont massivement prononcé sur la mise en place d’une information claire, accessible qui permette à chacun de faire ses choix en ayant pleine connaissance de l’impact de sa décision (plateforme numérique, simulation, entretien avec l’employeur ou avec un conseiller retraite, etc.).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *