La plongée sous-marine, beaucoup plus qu’un loisir

A l’heure où les océans et les mers sont malades, où les poissons avalent du plastique, où des îles entières de déchets se forment, la plongée sous-marine relève non seulement d’une pratique sportive, mais elle est aussi une forme de réconciliation avec la nature, une possibilité d’émerveillement qui fait prendre conscience des atouts et défauts […]

A l’heure où les océans et les mers sont malades, où les poissons avalent du plastique, où des îles entières de déchets se forment, la plongée sous-marine relève non seulement d’une pratique sportive, mais elle est aussi une forme de réconciliation avec la nature, une possibilité d’émerveillement qui fait prendre conscience des atouts et défauts de notre civilisation…

 

Seulement environ 10 % de la surface de la Terre reste à plus de 24 heures de voyage. Nous pouvons aujourd’hui découvrir des lieux autrefois réservés à quelques explorateurs. Toute la surface terrestre a été l’objet d’exploration, mais voilà la Terre est recouverte à 70 % d’eau et très peu connue. Aujourd’hui, seulement 1 % de la surface des océans est accessible aux plongeurs loisirs mais cela est suffisant pour plusieurs vies d’exploration… La plongée sous-marine attire de plus en plus de pratiquants. En France, on dénombre en 2019 plus de 156000 pratiquants pour 2065 clubs. La plongée sous-marine se classe au 11e rang national des pratiques sportives.

Mais pourquoi plonger ? La plongée offre la découverte du monde sous-marin ; un monde nouveau qui apporte déjà une très grande sensation de liberté ; en tout premier lieu de ce qui nous colle à la terre, l’attraction terrestre. Cette liberté de mouvement est prolongée par celle de l’émerveillement qui nous touche. Comme sur Terre, les fonds marins ont des climats et écosystèmes très variés. Ainsi, on aperçoit que la mer n’est pas qu’une immensité bleue, mais qu’elle contient les mille couleurs des animaux et des végétaux jamais vus jusqu’alors, sinon dans les aquariums : la lumière et le reflet du soleil sont différents, dans les algues se cachent de petits habitants, le fond de rochers ou de sables ont parfois des formes surprenantes… on est invité dans un univers où la beauté est reine. La grande barrière de corail en Australie, la mer Rouge en Égypte, les îles Galápagos, les îles Truck en plein cœur du Pacifique, Silfra en Islande, les Cenotes au Mexique, le lac vert éphémère en Autriche… et aussi de nombreux espaces protégés en France sont autant de sites formidables pour plonger

 

La plongée, c’est bon pour le corps et bon pour le moral…

Ce loisir est accessible à tous : juniors ou séniors, hommes ou femmes et dès que l’on sait nager (vers 5 ans) et pendant très longtemps… Activité douce, peu traumatisante pour le corps et surtout relaxante, elle est aussi recommandée aux personnes qui ont une vie trépidante car elle constitue un formidable relaxant. Ainsi, nul besoin d’être très sportif, la plongée ne requiert pas plus d’efforts que la marche. En revanche, un encadrement et un matériel professionnels sont requis. La pratique de la plongée nécessite une consultation médicale spécialisée pour obtenir un certificat de non contre-indication à la pratique de la plongée sous-marine.

 

Lorsque l’on plonge, on appréhende également une nouvelle douceur relationnelle : qui eut cru avant de plonger qu’il était possible de se fondre dans un banc de poissons, de se laisser dériver dans le courant avec lui et pour un moment, de se sentir soi-même ‘comme un poisson dans l’eau’ ? Contrairement à l’apnée la plongée sous-marine permet de respirer très confortablement…

 

Être plongeur, c’est aussi faire partie d’une communauté, c’est pouvoir partager ses émotions et ses connaissances. Dans un binôme, sous l’eau, on s’interpelle à chaque découverte. Remontés sur le bateau, on partage avec l’équipée ses impressions.

 

Alors, si vous êtes convaincu : comment démarrer et où commencer ? Déjà, il faut savoir et aimer nager avec des palmes. Vous pouvez vous entraîner dans votre piscine ou en vacances. Effectuer des exercices de yoga permet de travailler les muscles stabilisateurs ; cette activité facilite une consommation minimale d’air et une flottaison optimale lors des plongées. Pour bien démarrer, et avant de vous inscrire dans un club, n’hésitez-pas à commencer par un baptême de plongée, mais surtout, choisissez de le faire avec des professionnels diplômés qui sauront vous apporter toute la sécurité nécessaire.

 

Ensuite, à vous de définir où et comment vous souhaitez faire évoluer votre apprentissage. En effet, il existe plusieurs types de formation, notamment pour ce que l’on appelle la plongée d’exploration. Si vous êtes en vacances à l’étranger, vous trouverez surtout des centres de plongée PADI qui vous proposeront une formation Diver Open water d’une durée de 4 à 7 jours, selon vos connaissances et votre aisance sous l’eau. En France, le code du sport qui régit la plongée considère 2 sortes de plongeurs : les plongeurs encadrés PE et les plongeurs autonomes PA ainsi que leurs aptitudes à évoluer dans les différents espaces. On trouve également dans cet arrêté les équivalences des différents brevets délivrés par les organismes français (FFESSM, FSGT, UCPA, ANMP et SNMP) avec ceux délivrés par la CMAS (Confédération Mondiale des Activités Subaquatiques). C’est ce niveau CMAS que l’on vous demandera à l’étranger. Le code du sport ne mentionne aucune équivalence avec les brevets étrangers (PADI, SSI) et il n’existe pas de document officiel définissant les équivalences de niveau de plongeur pour les plongées d’exploration entre la CMAS et PADI. Si vous voulez plonger quelquefois durant les vacances, le système PADI est fait pour vous ; pour une pratique régulière, mieux vaut opter pour une formation FFESSM, à laquelle sont affiliés de très nombreux clubs français. Concrètement, qu’il s’agisse de plonger à l’étranger avec une formation FFESSM ou de plonger en France avec une formation PADI, c’est le directeur de plongée qui évaluera selon votre nombre de plongées, leur profondeur et votre ancienneté de plongeur, l’autonomie qu’il vous accordera.

 

Côté tarif, tout dépend des exigences du plongeur… En effet, le matériel peut être acheté pour un budget d’environ 1000€, mais il est possible de le louer aussi, ce qui est recommandé aux débutants. Le premier achat à faire est sans aucun doute celui du masque, qui doit être bien adapté à la forme du visage. Une plongée coûte entre 35 et 50 euros. En outre, pour les gens qui ont envie de découvrir, dans les clubs associatifs, les baptêmes sont gratuits.

 

Vous êtes en famille ? Faire découvrir la plongée à votre enfant, c’est possible ! Faites confiance à un moniteur diplômé pour lui faire vivre sa première expérience. Ses qualités de nageurs et sa facilité à aborder l’eau sont de premiers pas.

 

La plongée, un sport dangereux ?

La plongée est classée comme un sport extrême mais sa pratique en loisir avec des accompagnants diplômés et expérimentés reste une activité nautique ouverte à toutes et tous. Les risques d’accidents en plongée sont très faibles tant que l’on respecte les règles de base. Le principal risque est lié à la pression qui est exercée sur l’organisme lorsque celui-ci est soumis à une pression supérieure à celle qu’il subit sur la terre ferme. Dans l’eau, il faut donc décompresser en faisant des ‘paliers’. Attention, après avoir effectué une plongée sous-marine, il est recommandé de ne pas prendre l’avion pendant 24h. ; les dangers sont les mêmes si vous partez à la montagne.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *