Distribution automatique : tour d’horizon d’un marché en mutation

Vous avez déjà une salle de pause installée au sein de votre entreprise (ou plusieurs) et vous souhaitez en savoir plus sur ce marché, voire, comment adapter votre offre aux attentes de vos salariés et même, participer aux préoccupations environnementales actuelles ? Influence CE vous apporte des réponses au sein de ce dossier…   Un marché […]

Vous avez déjà une salle de pause installée au sein de votre entreprise (ou plusieurs) et vous souhaitez en savoir plus sur ce marché, voire, comment adapter votre offre aux attentes de vos salariés et même, participer aux préoccupations environnementales actuelles ? Influence CE vous apporte des réponses au sein de ce dossier…

 

Un marché en mutation

Si les chiffres de 2016 sont globalement plutôt positifs pour le marché français de la distribution automatique, il est tout de même entré il y a quelques années déjà en phase de maturité, c’est-à-dire que les croissances à deux chiffres des années 2000 sont loin derrière…

Pourquoi le marché tend-il à stagner ? Tout simplement parce que 80% des machines se trouvent au sein des entreprises et que le taux de chômage n’a jamais été aussi élevé que ces dernières années !

Aussi, le contexte législatif est de plus en plus resserré, ce qui incite les entreprises et les CE à opter davantage pour les systèmes privatifs de café (type Nespresso).

 

Des acteurs particulièrement dynamiques

NAVSA – la fédération professionnelle du secteur de la distribution automatique – a identifié 3 leviers de développement pour la ‘DA’ de demain. Tout d’abord, la valorisation du service offert par les gestionnaires (installation, SAV, conseil) qui permettrait à la DA de se réapproprier les parts de marché grignotées par les services privatifs. Ensuite, la suppression des réticences au paiement par le biais d’applications de paiement type ApplePay ou l’acceptation systématique des cartes bancaires et plus généralement de tous les moyens de paiement (pièces, billets). L’acceptation des tickets restaurants, encore compliquée au niveau technique, est aussi une réponse à la friction de paiement.

Navsa en étroite collaboration avec la CNTR (Commission Nationale du Titre Restaurant) travaille à l’acceptation des titres et surtout prépare l’acceptation du titre dématérialisé.

Enfin, la diversification de l’offre boissons chaudes avec des offres plus premium et sophistiquées : filtre, grains, cafés en capsules, cafés gourmands…

Avant tout, les professionnels doivent profiter des avancées technologiques des machines : écrans LCD pour valoriser une carte café gourmande, technologies de dématérialisation des moyens de paiement… Au-delà du marché du café en entreprise, la vente de produits frais, de plats chauds ou de produits du quotidien (kits dentaires, maillots de bain, journaux…) ont aussi leur carte à jouer et peuvent constituer un complément business pour les points de vente (GMS, boulangeries, hôtellerie…).

Ainsi, suivre la clientèle dans ses déplacements pour lui proposer les produits dont elle a besoin au moment où elle en a besoin, c’est aussi tout l’intérêt de la DA.

 

Le distributeur : votre interlocuteur

Le distributeur – qui est en proximité avec le lieu d’installation et les responsables de la mise en place des distributeurs automatiques – gère généralement une offre globale : installation et entretien de la machine et approvisionnement régulier. Il peut proposer des distributeurs automatiques de boissons chaudes ou froides, mais aussi des fontaines à eau réfrigérée sur réseau d’eau et des percolateurs. Bien souvent, il complète son offre avec des machines à café en grains et capsules pour un bon café au bureau. Il peut proposer également du snacking, des confiseries, des viennoiseries, des sandwiches, mais aussi des fruits.

Le distributeur propose soit une vente, soit une location de la machine selon le nombre de salariés concernés.

 

Un équipement encadré par une législation complète…

L’achat ou la location d’un distributeur automatique peut sembler anodin, mais détrompez-vous ! Il est par exemple essentiel de rappeler que la distribution automatique de boissons alcoolisées est interdite (article L13 du code des débits de boissons et des mesures contre l’alcoolisme). De même, est interdite la distribution automatique de tabac (loi n° 76.448 du 24 mai 1976).

Depuis 2004, la loi relative à la politique de santé publique n° 2004-806 interdit la présence, dans tous les établissements scolaires, de machines à boissons et de produits alimentaires payants et accessibles aux élèves.

 

Vous optez pour l’installation d’une machine à boissons ? N’oubliez-pas de la déclarer auprès des Douanes, excepté si l’appareil ne propose que des boissons chaudes ou froides au gobelet. Ne sont donc concernés que les machines dont les boissons sont conditionnées et les appareils mixtes.

 

Les distributeurs de sandwiches doivent également faire l’objet d’une déclaration auprès des services vétérinaires comme tous les établissements proposant des aliments d’origine animale (formulaire C.E.R.F.A. numéro 50-4064 – et décret du 21/7/1971 n° 71-636).

 

Côté hygiène aussi, les règles sont très strictes. La distribution automatique est régie par l’article 24 de l’arrêté du 9/5/1995 relatif à l’hygiène des aliments remis directement au consommateur (ECOC9500071A). Ainsi, les distributeurs installés doivent être conçus, construits, installés, nettoyés, entretenus et utilisés de manière à éviter la contamination des denrées alimentaires, y compris du fait de la présence d’insectes et d’autres animaux. Pour les machines à boissons froides, la température doit être maintenue entre 0 et 2°C. Les denrées alimentaires doivent être renouvelées en temps utile de manière à rester constamment saines et en bon état de conservation. En particulier les conditions de température mentionnées à l’article 10 ci-dessus doivent être respectées et pouvoir être vérifiées à tout moment. En vue de permettre en particulier la vérification des conditions d’entretien des distributeurs automatiques par les agents des administrations chargées des contrôles, le nom de la personne responsable ainsi que son adresse et son numéro de téléphone sont apposés de manière à être lisible de l’extérieur de l’appareil. Attention, les denrées doivent obligatoirement être vendues sous emballages individuels.

 

Les chiffres 2017 de la Distribution Automatique

  • 9 milliard d’€ de CA
  • La France, 2ème du marché européen après l’Italie
  • 80% des distributeurs se trouvent en entreprise
  • 15 000 emplois
  • 590 000 distributeurs automatiques sont implantés en France
  • Le prix moyen d’une consommation est de 0.80€ pour le consommateur
  • 3 millions de ventes par jour, dont 88% de boissons chaudes et 12% de friandises et snacks

 

Les 4 acteurs de la DA et leur rôle

  1. Le fabricant de distributeurs automatiques et accessoires (monétique…) appelé constructeur ou fabricant de distributeurs automatiques.
  2. Le fabricant de produits alimentaires ou produits associés appelé fournisseur de produits.
  3. L’opérateur qui approvisionne et entretient les distributeurs automatiques appelé gestionnaire de service automatique. Celui-ci peut être un professionnel de la Distribution Automatique ou le responsable désigné par une entreprise ou une collectivité. Le gestionnaire est l’acteur principal du marché.
  4. Le consommateur utilisateur du distributeur automatique.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *