GRANDE VITESSE FERROVIAIRE

la Cité des Sciences et de l'Industrie
01 40 05 12 12 resa-groupes@universcience.fr

GRANDE VITESSE FERROVIAIRE
Du 19 février au 18 août 2019
à la Cité des sciences et de l’industrie

« La Cité des sciences et de l’industrie ouvre à son public les portes du monde du train d’aujourd’hui. Récit d’une aventure scientifique, technique et humaine, l’exposition Grande vitesse ferroviaire fait la part belle aux techniques les plus pointues, métiers et savoir-faire d’une expertise française saluée à l’international. » Bruno Maquart, président d’Universcience
Née au Japon dans les années 1960, symbole de modernité comme de sécurité, la grande vitesse ferroviaire n’a cessé de se développer depuis. Dès les années 1980, la France s’est illustrée dans ce domaine. Elle détient toujours le record du monde de vitesse sur rail avec 574,8 km/h établi par un TGV, il y a un peu plus de dix ans.
Maquettes, jeux interactifs, simulateur de TGV, vidéos, quiz… l’exposition propose de découvrir, sur 700 m2, quelques-uns des défis techniques relevés pour atteindre la grande vitesse ferroviaire. Présentée pour la première fois en 2017 à l’Espace des sciences de Rennes, à l’occasion de l’ouverture de la ligne à grande vitesse Bretagne, elle est enrichie à la Cité des sciences et de l’industrie de plusieurs installations artistiques, inspirées par l’univers du train.

Le record et l’histoire de la grande vitesse

En introduction, l’exposition propose aux visiteurs une immersion dans l’univers de la grande vitesse ferroviaire et leur permet de revivre le record mondial de vitesse de 2007. Pour remporter le défi de la mobilité internationale, le train doit être en mesure de passer d’un réseau à l’autre et de traverser les frontières. Comment répond-t-il au besoin de se déplacer plus loin et plus vite, y compris d’un pays à l’autre ? Quelles sont les caractéristiques des lignes à grande vitesse et de leurs trains ? Après avoir effectué un tour du monde de la mobilité ferroviaire, le visiteur est invité à relever trois défis.

Défi 1 l Comment déplacer un train de 400 tonnes à 320 km/h ?
Quels sont les paramètres physiques et mécaniques qui conditionnent les déplacements sur rail ? Il est question ici de la faible adhérence entre la roue et le rail, de la force centrifuge dans les virages, des avantages de l’aérodynamisme tout comme de l’alimentation électrique des motrices.
Défi 2 l Comment tracer et construire une ligne grande vitesse (LGV) ?
Tracer des LGV, c’est résoudre une équation complexe : contraintes liées à la vitesse du train, impacts environnementaux et enjeux des activités humaines. Tracer une ligne LGV, c’est aussi mettre en oeuvre un chantier colossal qui mobilise les compétences de nombreux métiers.
Défi 3 l Comment faire circuler des trains à grande vitesse en toute sécurité ?
Une fois la voie achevée et le matériel roulant fabriqué, il faut être capable de conduire le train à destination. La sécurité est alors primordiale : des films, des maquettes, des écorchés et un simulateur de TGV dévoilent aux visiteurs les mesures de sécurité optimales qu’implique la circulation à 320 km/h.

Parcours artistique
Le public découvre également dans l’exposition trois installations artistiques issues de l’exposition collective Tous les trains sont des horloges, précédemment présentée à Rennes. Entre contemplation et vitesse, technologie et poésie, des artistes aux univers différents s’inspirent des voyages en train et des différentes expériences spatiotemporelles qu’ils procurent. Défilement des paysages, accélération des images, ambiances sonores…, le visiteur peut ressentir la puissance et l’inertie de ces machines, tout en éprouvant la sensation d’être à la fois immobile et en mouvement.

La motrice l OEuvre monumentale de Jean-Michel Caillebotte

Sculpteur, scénographe, plasticien et graphiste, Jean-Michel Caillebotte « rend le vivant palpable ». Passionné par la poésie du mouvement, il a conçu La motrice, une installation monumentale représentant une motrice qui s’emballe, s’affole, déraille et surgit dans l’espace de l’exposition.

Le vitrier contrarié l Projection 3D de Pierrick Sorin

Le film en relief Le vitrier contrarié de Pierrick Sorin joue avec les émotions des spectateurs. Sur le principe de la réalité augmentée, des TGV surgissent d’un écran pour rappeler – avec une petite surprise perceptible… – l’atmosphère des premières projections du film L’arrivée d’un train en gare de La Ciotat des frères Lumière qui avait, en 1895, provoqué une panique générale.

Cosmos Express l Dispositif immersif de Joanic Lemercier

Joanie Lemercier rend hommage aux visions ferroviaires de plusieurs grands noms de la bande dessinée et du cinéma d’animation actuels. L’oeuvre Cosmos Express s’appuie sur le mapping vidéo, technique permettant d’augmenter – à l’aide de projections de lumière – des motifs dessinés sur des objets en volume, tout en apportant mouvement, profondeur, poésie et onirisme.

AUTOUR DE L’EXPOSITION

Festival Des trains à tous les étages
Réservez votre week-end !
Dans le cadre de l’exposition Grande vitesse ferroviaire et à l’occasion de la Nuit européenne
des musées, la Cité des sciences et de l’industrie plongera dans le monde
fascinant du modélisme ferroviaire d’hier et d’aujourd’hui.

Cité des sciences et de l’industrie :

  • Billets non datés expositions permanentes et temporaires (minimum 20 billets achetés) : 7,50 €
  • Billets datés à code sans minimum d’achat et réservation le jour et l’heure de son choix :

Cité des enfants 2-7 ans et 5-12 ans 8 €

GVF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *